Semana #1

Cette première semaine en Colombie a été chargée. Il y a déjà eu le décalage horaire (dont Thibault ne s’est toujours pas remis), le sac en soute qui s’est permis un voyage supplémentaire de 30 heures, un coup de soleil qui a débouché sur des problèmes de santé habituels, et des transports en commun qui sont à prendre au sérieux, tant les distances et les temps pour les parcourir varient.

Après 6 mois de stage à Paris, ce début de périple a été davantage orienté vers le repos que le travail à proprement parler. Nous sommes arrivés le 10 juillet à Carthagène des Indes – c’est une belle ville au style colonial du nord de la Colombie extrêmement dynamique. Il faudra l’observer dans le futur puisque tant au niveau de l’export que de l’import, cette plaque tournante est une opportunité pour les Caraïbes et le commerce international. La vie est bon marché, mais c’est apparemment l’une des villes les plus chères du pays.

Par la suite, nous sommes allés à Barù où nous avons rencontré deux amis colombiens : Francisco et Samantha. Tous deux photographes, nous avons été ravis de discuter avec eux puisqu’ils ont voyagé quasiment partout en Amérique du Sud. Francisco est de Bogotà et il fait partie d’une fondation qui sera l’objet d’un autre article. De retour à Carthagène, j’ai rendu visite à la chambre de commerce locale pour obtenir des contacts à Bogotà.

Je suis ensuite parti dans le Nord de la Colombie, à Palomino. Environ 8 heures de bus pour y arriver. Ce petit village côtier offre principalement l’opportunité de voir la Sierra Nevada. À 42km de la mer, la montagne s’élève à 5775m de hauteur. Autant dire qu’il y a un dénivelé plutôt impressionnant. J’ai d’ailleurs découvert qu’il s’agissait là du début de la Cordillère des Andes. De la Sierra Nevada dépendent plusieurs tribus indigènes; là encore, un article à venir portera sur la Casa Indigena de Palomino.

La semaine s’est terminée sur un passage éclair au Parc National de Tayrona. Sûrement le plus beau parc du pays, on s’y prendrait presque pour Indiana Jones tant les sentiers pour rejoindre certaines localités sont pentues et denses. Retour vendredi à Santa Marta et départ samedi pour Medellín.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *