Patrick Fleming – Aluna Hostal & La finca entre rios

De passage à Santa Marta, dans le nord de la Colombie, nous nous sommes arrêtés à l’Aluna hostal pour y passer la nuit et y rencontrer le propriétaire, Patrick. Nous ne savions pas énormément de choses du propriétaire, mais avions entendu parler de sa ferme biologique en marge de la ville. Nous l’avons rencontré juste avant notre départ pour Médellin.

Patrick Fleming

Patrick Fleming

Après avoir passé quelques temps en Amérique du Sud, Patrick décide en 2001 de chercher un bout de terrain pour s’installer. Il vit alors à Mérida au Venezuela, mais il regarde du côté de l’Équateur, à Banos. À cause de la crise financière et des éruptions volcaniques qui y ont lieu à l’époque son rêve équatorien prend vite fin. Peu de temps après, un ami a lui de Bogotá lui parle d’un terrain près de Santa Marta. Deux jours après, le terrain est acheté.

De 2001 à 2008, il passe 6 mois en Irlande en tant qu’architecte et 6 mois en Colombie pour construire, planter dans sa ferme, méditer et étudier. En 2007, il décide de quitter l’Irlande. À force de venir et repartir tous les 6 mois, il réalise que la situation en Irlande est sur le point d’imploser. La situation financière est médiocre et le tourisme en Colombie semble bien se profiler. Le gouvernement colombien ne l’empêche pas de s’installer davantage, contrairement à ce qui arrive dans tant de pays asiatiques où il faut parfois partager l’entreprise avec un local ou être même marié à quelqu’un sur place.

En 2008, l’Aluna hostel est construit. Aluna signifie en Kogui « Le passé, le présent et le futur ». L’auberge accueille le 1er septembre 2009 son premier client (un français, cocorico !). Son activité hôtelière se développe et lui permet d’en vivre. Il conserve néanmoins sa ferme, la finca entre rios, où se trouvent 4 chambres. Ce site devient dès lors davantage un lieu pour des retraites et pour sortir du cadre classique des visites touristiques. « La prochaine étape est de promouvoir la ferme et les retraites maintenant que j’ai mon permis. » nous confie Patrick.

Aluna Hostal

Aluna Hostal

Nous en arrivons à aujourd’hui. En 2015, dans un souhait de « rendre » à la Colombie ce que le pays lui a donné, il décide de lever des fonds grâce a deux amis et la plateforme Indiegogo. 27 millions de pesos plus tard, le projet de Patrick se concrétise peu à peu. « Nous avons trois projets principaux : une école primaire pour 50 enfants, une clinique pour environ 1200 personnes et une campagne de low impact tourism pour développer la structure ».

Construction de l'école

Construction de l’école

Parti d’un terrain acheté sur un coup de poker, l’irlandais touche aujourd’hui toute une communauté et attaque une nouvelle étape dans son projet. « Ça n’a pas toujours été facile, j’ai été très chanceux. » ajoute-t-il enfin avant de préciser qu’en 2001, il y avait beaucoup de violences dans les campagnes, beaucoup de morts à cause des cartels. La situation était pour le moins hostile. Mais sa conviction a fini par payer.

Une partie de la communauté profitant des futures actions de Patrick

Une partie de la communauté profitant des futures actions de Patrick

*** ENGLISH VERSION ***

In Santa Marta, North of Colombia, we stopped by the Aluna hostal to spend the night and meet the owner of the place, Patrick. We did not know much about him, but heard about his biological farm outside the city. We met him just before living to Medellin.

In 2001, after spending some time in South America, Patrick decides to look for a plot to set up. Back then, he lived in Mérida, Venezuela, and he was thinking about Banos, Ecuador. But because of the financial crises and volcanic eruptions there, his Ecuadorian dream ended up quick. A while after, a friend from Bogota told him about a plot near Santa Marta and Patrick bought it two days later.

From 2001 to 2008, he spent 6 months in Ireland as an architect and 6 months in Colombia to build his farm and plant, to meditate and study. In 2007, he decided to live Ireland. Coming and going every 6 months for year made him realize that Ireland was about to collapse, due to a bad financial situation. On the other hand, tourism in Colombia seemed to have a good future. The government did not prevent him from setting up the business, unlike many Asian countries where you sometimes have to share your company with a local or even be married to one.

In 2008, the Aluna hostel was ready. In Koogui, Aluna means “the past, the present and the future”. The hostel welcomed its first traveller in 2009, the activity grew and Patrick was able to make a living out of it. He nonetheless kept his farm, la finca entre rios, where four more rooms can welcome people. This place hence became more of a retirement peaceful place or one to go off the beater track. Patrick told us: “Next step is to promote the farm and the retirements now that I have my licence”.

And that’s how he got here, in 2015. Wishing to give back to Colombia what the country gave him, he associated with two friends to raise funds on Indiegogo. They got 27 millions pesos and are about to concretize their dream: “We have three main projects: a primary school for 50 children, a clinic with a capacity of about 1200 people and a low impact tourism campaign to develop the farm”. So from a plot bought on a gamble, the Irish man nowadays helps a whole community and starts a new step of his project. Just before leaving, he added: “It wasn’t always easy, I got very lucky” before precising that there used to be a lot a violence in the countryside back in 2001. A lot of people died because of the cartels. The situation was hostile but conviction paid out.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *