Marcela – Cooperacion Biocomercio Colombia

Vous les croisez à chaque fois que vous êtes dans votre supermarché et pourtant vous ne savez pas forcément de quoi ces petites étiquettes relèvent précisément. Oui, vous savez, ces petites étiquettes où il est écrit « Issu du commerce équitable », ou bien dans ce cas précis « Issu du bio-commerce ». Nous avons rencontré l’entité responsable du PABE (Programme d’Accélération des Bio-Entreprises en Colombie).

La Corporacion Biocomercio Colombia a été fondée en 2006 pour accompagner les agriculteurs locaux et leur permettre de se développer à l’échelle nationale. Cette assistance technique aux initiatives est réalisé conjointement avec le ministère de l’environnement et du développement durable, et les organisations environnementales, politiques et sociales locales. C’est d’ailleurs le ministère, l’APCE (Agence Présidentielle de Coopération Internationale) et les corporations autonomes régionales qui financent cette entité nationale.

BioCom1

Selon la CBC, le Bio-Commerce est un groupe d’activités de collecte, de production de transformation et de commercialisation des biens et services obtenus de la biodiversité naturelle dans les critères de durabilités environnementale, sociale et économique. Une fois que l’entité a identifié une initiative, elle travaille alors avec elle pour l’aider à se développer et à réaliser l’ensemble de ses activités pour l’aider d’un point de vue business (finances, ventes, commercialisation, supply chain, etc…). Le cadre s’étend du cacao, à l’artisanat, aux ingrédients naturels pour l’industrie cosmétique à l’éco-tourisme.

Marcella travaille donc pour cette organisation qui s’est installée il y a 3 mois au sein de l’Impact Hub de Bogotà : « Il y a des opportunités avec les entrepreneurs et l’IH nous assiste dans notre travail. ». Sept personnes travaillent sur place auxquels se rajoutent une dizaine de consultants à travers le pays pour répondre aux demandes des initiatives. Aujourd’hui, 186 initiatives sont référencées.

L’organisation générale de la corporation est variée et complémentaire : « Tout est nécessaire, du marketing aux opérations en passant par les relations publiques. ». Elle compte donc un directeur général, des chefs de projets, un responsable en communication et journalisme (le rôle de Marcella), ainsi qu’un comptable.

BioCom2

Ce qui nous a intéressés ici, c’est l’aspect accélérateur d’activité envers ces individus, généralement des agriculteurs, qui ne disposent pas du bagage commercial nécessaire pour les aider à se développer. C’est un coup de pouce pour briller nationalement et internationalement lorsque l’on connaît le nombre d’entreprises qui viennent s’approvisionner en Colombie.

 *** ENGLISH VERSION ***

You see them every time you go to a grocery store but still, you do not know what these labels precisely are. Yes, you know, these labels saying “Fair trade” or in this case “bio trade”. We met the responsible entity for the “Bio companies acceleration program in Colombia”.

The Corporacion Biocomercio Colombia was created in 2006 to provide support to local farmers and allow them to develop their structure at a national scale. The environment and sustainability ministry and the local environmental, politic and social organisations develop and fund this technical assistance to such initiatives.

According to the CBC, bio trade is a group of collection, production, transformation and commercialisation of goods and services stem from natural biodiversity in the environmental, social and economical criteria. Once the organisation identifies an initiative, she works with it to help her develop and achieve all its objectives to help it from a business point of view (finances, sales, supply chain etc.). The initiatives activities go from cacao, crafts or natural ingredients for cosmetics to eco-tourism.

Marcela works for this organisation that was set up in the Bogotà’s Impact Hub for three months. She says: “Here there are opportunities for the entrepreneurs and the IH assists us in our job.” Seven people work at the hub and about 10 more consultants work all around the country to help the 186 initiatives referenced.

The corporation general organisation is diverse and complementary: “Everyting is necessary, from marketing to operations management and public relations.” Marcella, who is a reporter, hence works with a general director, a project manager, a communication director and an accountant.

What seemed very interesting to us is the activities’ accelerator aspect. Indeed, these people, farmers most of the time, do not have the commercial tools to develop their business. It is a big help to grow nationally and internationally when you know that many companies get supplies in Colombia.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *