La casa indigena – Palomino

Melina - Casa Indigena

Melina – Casa Indigena

Initiative locale pour commencer ce tour d’Amérique du Sud. La Casa Indigena se trouve sur la côte colombienne au nord du pays. Nous avons eu le plaisir de rencontrer Melina et Antona, deux indigènes Aguaca, vivant dans ce lieu bien connu de Palomino.

Mur commémoratif

Mur commémoratif

La casa indigena a été construite en 2012 mais l’initiative a pris ses racines il y a 34 ans. Les différentes tribus de la région y sont les bienvenues, mais seuls les koguis et les aguaca l’utilisent. Ce lieu est à la fois un logis et un lieu de travail. C’est toute une communauté qui dépend de ce lieu et il n’y a pas de concurrences entre les différents indigènes. Ces deux femmes aguaca nous ont montré comment le lin était travaillé et comment les sacs étaient fabriqués (6-8h de travail pour un sac), en insistant bien sur le fait que chaque femme travaille sur son sac et sera responsable de sa vente. Néanmoins, la communauté prime et si l’une d’entre elles rencontre des difficultés, les autres feront le nécessaire pour l’aider à le vendre en premier.

Travail du lin

Travail du lin

Lorsque nous avons abordé le sujet des hommes, nous avons vu les sourires disparaître. « La bebida » nous a-ton répondu, l’alcoolisme étant tristement élevé chez les hommes dans ces tribus. Les femmes portent littéralement la casa indigena vers le haut et permettent son développement. L’intérêt particulier que nous avons eu pour cette initiative, c’est à la fois son sens de la communauté, mais aussi la place de la femme, véritable moteur de survie, et l’indépendance dont ils jouissent. Dans d’autres cas, la situation des hommes a rapidement été identifié comme une faiblesse et les indigènes sont utilisés comme éléments touristiques. Dans ce cas présent, les Koguis et les Aguacas font partie de la société et négocient avec les commerçants. Nous avons été exceptionnellement bien accueillis dans ce lieu. L’espagnol de Melina aurait fait rougir de jalousie n’importe quel local, tandis qu’Antona, sa mère, la reprenait sur les rares fautes de grammaire qu’elle faisait.Panneau direction

*** ENGLISH VERSION ***

First local initiative, to start this South America tour. “La casa indigena” is on the North coast of Colombia. We had the great pleasure to meet Melina and Antona, two indigenous women, who live in the well-known place of Palomino.

“La casa indigena” was built in 2012 but was thought all along for 34 years. All the various local tribes are welcome but only two actually use it: the Koguis and the Aguacas. To them, it is a home and a workplace at the same time. A whole community depends on this place but there is no competition between the different tribes. Our two aguaca friends showed us how flax is processed and how the bags are made (6 to 8h of work for one bag), insisting on the fact that each women is responsible for her own bag and its sale. However, community is always the most important, and if one of them has difficulties, the other women will help her selling her bag first.

When we talked about the men, we saw smiles disappear from their faces. They said “la bebida” (booze), alcoholism is sadly high in those tribes’ men population. Women are the proud holders of “La casa indigena” and truly insure its development. The particular interest we had toward this initiative is related to its sense of community as much as its independence and the value attributed to women. Indeed, in other areas, the men’s situation has quickly been identified as a weakness and the indigenes are used as touristic elements, whereas here, the Koguis and the Aguacas are part of the local society and negotiate with the local storeowners. We have been amazingly well received and Melina’s Spanish could have made jealous any local, while Antona, her mother, was correcting her rare grammar mistakes.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *