Corey – Freshhold

Dans la même verve que notre rencontre avec Julian, voici une dernière histoire qui démontre à quel point la mondialisation permet de nouvelles façons de travailler.

Corey a étudié en Colombie en 2009 et s’est décidé à rester pour y travailler. Avec quatre collègues (dont 1 australien, 3 colombiens) il s’est lancé dans la stratégie de campagnes. Comprenez par là l’ensemble des solutions digitales pour soutenir une campagne politique ou environnementale, à titres d’exemples, de la création de la plateforme en ligne à son administration. L’objectif de Freshhold est d’avoir un impact sur des décisions politiques. Et dans ce cadre, la société choisit les causes avec lesquelles elle souhaite travailler, comme la soutien aux groupes indigènes en Australie qui luttent contre les changements climatiques.

Corey

Depuis la Colombie, l’entreprise est capable de travailler avec des entités à la fois colombiennes mais aussi internationales. Récemment, elle a travaillé avec un fond d’investissement australien travaillant dans le secteur des énergies propres et mettant l’environnement au centre de son action (Superannuation). Pour mieux comprendre le sujet, il faut savoir que les employés australiens sont payés en participations à ces fonds à hauteur de 9% de leur rémunération. Dans la majorité des cas, les fonds sont plus ou moins choisis au hasard/défaut par les salariés ou les chefs d’entreprise. Grâce à cette campagne, ce sont 4.000 australiens qui ont décidé de choisir ce fons d’investissements plutôt qu’un autre, levant 600.000 dollars australiens par la même occasion.

Nous n’avons pas pu résister à la question « Pourquoi la Colombie ? », et Corey nous a apporté 3 raison principales : la famille, puisque la majorité a établi une famille en Amérique du Sud, l’indépendance vis à vis des différents clients puisque le créneau horaire ou la présence physique ne sont pas obligatoires, et évidemment les prix. Pour une même solution, Freshhold est bien moins cher qu’une entreprise australienne. L’opportunité de pouvoir travailler à l’Impact Hub gratuitement rentre aussi en compte dans cette décision.

À moyen-terme, l’ambition de la société n’est pas de devenir une multinationale : « 10 employés maximum, ça pourrait devenir intéressant, mais pas plus. » nous confie Corey. « En Colombie, ce n’est pas facile. Il faut trouver les clients, les éduquer à ce que nous pouvons leur apporter dans un pays où le digital n’est pas encore aussi développé que dans des pays développés. L’an dernier pour les élections présidentielles en Colombie, il n’y avait absolument aucune présence digitale. » Même dans le monde de l’entreprise, l’informatique n’est pas encore assez développée. Les salaires sont régulièrement payés en liquide dans des enveloppes plutôt que par virements.

« Idéalement, nous aimerions continuer notre cœur de métier tout en enseignant le développement informatique aux entreprises et aux instances politiques. » finit Corey avec un grand sourire. Tout un programme !

*** ENGLISH VERSION ***

In the same verve as our meeting with Julian, here is one story showing how globalization enables new ways of working.

Corey studied in Colombia in 2009 and decided to stay to work. With four colleagues (including one Australian and three Colombians) he started working in campaign-building strategies. Understand by this all the digital solutions to support political or environmental campaigns, like the creation of an online platform and its administration. The objective of Freshhold is to have an impact on political decisions. And in this context, the company chooses the causes with which it wants to work, such as support for indigenous groups in Australia who fight against climate change.

From Colombia, the company is able to work with entities both Colombian and also international. Recently, they worked with an Australian investment fund operating in the clean energy sector and putting the environment at the center of its action (Superannuation). To better understand the subject, you should know that Australian employees are paid in participations in these funds amounting to 9% of their compensation. In most cases, funds are more or less randomly selected by employees or their bosses. Through this campaign, 4,000 Australians have decided to choose Superannuation instead of another investment fund, raising 600,000 Australian dollars at the same time.

We could not resist the question « Why Colombia? », And Corey brought us three main reason: the family, since the majority established a family in South America, the independence with respect to different clients because the time slot or physical presence is not required, and of course the price. For a single solution, Freshhold is much cheaper that an Australian company. The opportunity to work for free at the Impact Hub also comes into account in this decision.

The long-term ambition of the company is not to become a multinational « up to 10 employees, it could be interesting, but no more. » Corey tells us. « In Colombia, it is not easy. You have to find customers, educate them about what we can provide them in a country where digital is not yet as developed as in other countries. Last year, for the presidential elections in Colombia, there was absolutely no digital presence.  » Even in the regular ocal business, IT is not yet developed enough. Wages are paid regularly in cash in envelopes rather than transfers.

« Ideally, we would like to continue our business while teaching software development companies and political institutions. » Corey ends with a big smile. What an ambition!

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *